serment


serment

serment [ sɛrmɑ̃ ] n. m.
sairement v. 1160; sagrament 842 « Serments » de Strasbourg; lat. sacramentum
1Affirmation ou promesse solennelle faite en invoquant un être ou un objet sacré, une valeur morale reconnue, comme gage de sa bonne foi. Serment sur l'honneur. parole. « La fidélité au serment passait encore pour un devoir » (Chateaubriand). Spécialt Attestation solennelle de la vérité d'un fait ou de la sincérité d'une promesse. Prestation de serment. Prêter serment. jurer. Témoigner sous serment, sous la foi du serment. Serment décisoire.
Engagement solennel (personnel ou réciproque) prononcé en public; la formule qui l'exprime. Serment politique : promesse de fidélité à une autorité. Le serment du Jeu de paume (1789). Serment professionnel, prononcé par les magistrats, les officiers ministériels. Serment d'Hippocrate, énonçant les principes de déontologie médicale.
2Promesse ou affirmation particulièrement ferme. protestation. Faire le serment de (et l'inf.) :s'engager à. « Comme dans les amitiés puériles, nous avions fait le serment de tout nous dire » (F. Mauriac). Je vous en fais le serment. Serment d'ivrogne.
Promesse d'amour durable, de fidélité. Échanger des serments.
⊗ HOM. Serrement.

serment nom masculin (latin sacramentum, de sacrare, rendre sacré) Affirmation solennelle de quelqu'un en vue d'attester la vérité d'un fait, la sincérité d'une promesse, l'engagement de bien remplir les devoirs de sa fonction. Engagement personnel vigoureusement exprimé : Les deux amants échangèrent des serments.serment (citations) nom masculin (latin sacramentum, de sacrare, rendre sacré) Georges Adrien, dit Georges Darien Paris 1862-Paris 1921 […] Je crois qu'il ne faut se laisser lier par rien, surtout par les serments qu'on se fait à soi-même. Ils coûtent toujours trop cher. Le Voleur Stock Callimaque Cyrène vers 305 avant J.-C.-vers 240 Serments d'amour n'entrent pas dans l'oreille des dieux. Épigrammes, XXV, 3-4 (traduction E. Cahen) Samuel Butler Strensham, Worcestershire, 1612-Londres 1680 Les serments ne sont que des mots, et les mots que du vent. Oaths are but words, and words but wind. Hudibras William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Pesez des serments avec des serments et vous pèserez le néant. Weigh oath with oath, and you will nothing weigh. Le Songe d'une nuit d'été, III, 2, Helena serment (expressions) nom masculin (latin sacramentum, de sacrare, rendre sacré) Serment de fidélité, acte qui suivait l'hommage, et par lequel le vassal jurait sur les Évangiles fidélité et assistance à son suzerain. Serment d'ivrogne, de joueur, serment qui ne sera pas tenu. Serment judiciaire, serment prêté devant le juge qui peut être décisoire, promissoire ou supplétoire. Serment politique, promesse de fidélité et de dévouement au gouvernement, exigée, par certains régimes, des dirigeants du pays ou des fonctionnaires. ● serment (homonymes) nom masculin (latin sacramentum, de sacrare, rendre sacré) serrement nom masculinserment (synonymes) nom masculin (latin sacramentum, de sacrare, rendre sacré) Affirmation solennelle de quelqu'un en vue d'attester la vérité d'un...
Synonymes :
Engagement personnel vigoureusement exprimé
Synonymes :

serment
n. m.
d1./d Attestation, en prenant comme témoin Dieu ou ce que l'on considère comme sacré, de la vérité d'une affirmation, de la sincérité d'une promesse. Prêter serment. Témoigner sous la foi du serment.
Serment professionnel, celui par lequel on jure de remplir strictement les fonctions dont on est investi.
Serment d'Hippocrate: serment énonçant les principes de la déontologie médicale prononcé par tout médecin avant de pouvoir exercer.
d2./d Promesse formelle. Serment d'amour.

⇒SERMENT, subst. masc.
A. — Promesse solennelle prononcée en attestant un être ou un objet sacré. Faire, prêter serment devant Dieu, sur l'autel, la croix. Cette clause fut ratifiée par un serment solennel, sur les reliques de trois saints vénérés, Hilaire, Martin et Polyeucte (THIERRY, Récits mérov., t. 1, 1840, p. 344). Il refusa stoïquement de jurer sur la Bible mais son entrée à la Chambre des Lords paraissait si désirable que les Pairs autorisèrent exceptionnellement ce grand Israélite à prêter serment sur l'Ancien Testament (MORAND, Londres, 1933, p. 267).
B. — 1. Affirmation solennelle (personnelle ou réciproque) prononcée en public. Serment contraire à l'honneur; serment exigé, inviolable, juré, prononcé, prêté, éternel; serment d'obéissance, de fidélité, à la constitution; sous la foi du serment; formule du serment; affirmer, attacher, s'engager, se lier par serment; manquer à, trahir, violer un serment. [Le connétable] continuait à battre de la monnaie d'or et d'argent, tandis qu'il n'était permis à un vassal que de frapper de la monnaie de cuivre; ses officiers de justice ne reconnaissaient pas la juridiction du parlement de Paris; il allait même jusqu'à recevoir un serment absolu de ses vassaux, sans réserve de la suzeraineté du roi (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 17).
Loc. verb. Faire le serment de + inf. S'engager solennellement à faire quelque chose. Je pleurai de contentement et intérieurement je fis le serment d'apprendre la langue grecque (DELÉCLUZE, Journal, 1825, p. 208).
Prestation de serment Prêter serment. V. prêter D.
DR. FÉOD. Serment d'allégeance. V. allégeance A 1. Serment de fidélité. Acte par lequel à l'issue de l'hommage, le vassal jurait sur les Évangiles fidélité et assistance à son suzerain. P. anal. Quoiqu'il eût prêté serment de fidélité, il corrompit son armée, se déclara pour la Fronde, et marcha sur Paris (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 247).
Serment civique. V. civique A syntagmes.
Serment constitutionnel. V. constitutionnel B 5 ex. de France.
Serment politique. Promesse solennelle de fidélité à un gouvernement. Parmi les fonctionnaires publics, les uns ne prêtent qu'un serment politique (...). Par le serment politique le fonctionnaire public jure fidélité au gouvernement et obéissance aux lois (BLANCHE 1857).
Serment (professionnel). ,,Serment exigé des magistrats, des auxiliaires de la justice et de certains fonctionnaires (...) de bien et fidèlement remplir les fonctions qui leur sont confiées`` (RÉAU-ROND. 1951). Quelles sont les obligations que contractent ceux qui prêtent le serment exigé des fonctionnaires publics et des électeurs? (LAMENNAIS ds L'Avenir, 1831, p. 298).
Serment d'Hippocrate. Texte qui définit les règles de l'éthique médicale et obligatoirement prononcé lors des soutenances de thèses de médecine depuis 1707. (Dict. XXe s.). . Serment médical. Promesse solennelle par laquelle tout médecin, au moment d'être admis à exercer la médecine, s'engage à observer les devoirs de sa profession, tels qu'ils sont définis au Code de déontologie (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1973).
HISTOIRE
Serment de Strasbourg. [P. réf. aux serments prononcés dans cette ville entre Louis le Germanique, Charles le Chauve et l'empereur Lothaire] Texte identifié comme étant le plus ancien en langue romane. S'il eût été là, Nicole, après un grand coup de chapeau donné à nos classiques de la décadence (...) aurait exigé que l'on s'en référât, mais uniquement, au serment de Strasbourg et à la cantilène de sainte Eulalie (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 494).
♦ [En 1789] Serment du Jeu de Paume. Le 20 juin, par le serment du jeu de Paume, six cents députés jurent de ne pas se séparer avant d'avoir « établi la constitution du royaume » (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 32).
2. DR. Attestation solennelle de la vérité d'un fait (en vue de constituer une preuve juridique) ou de la sincérité d'une promesse. Une déposition sous la foi du serment, disant que la meurtrière était folle au moment où elle a commis le crime (CAMUS, Requiem, 1956, 1re part., 3e tabl., p. 848):
Cet article reprend avec quelques légères modifications les stipulations de la loi du 23 mars 1914 (...) prévoyant la punition de toute personne déclarée coupable d'avoir refusé de témoigner ou de prêter serment, ou coupable de faux témoignagne ou de subornation de témoin devant une commission parlementaire d'enquête.
LIDDERDALE, Parlement fr., 1954, p. 183.
Déférer le serment à qqn. V. déférer1 A.
Serment décisoire. V. décisoire A.
Faux serment. Serment qui est contraire à la vérité d'un fait et répréhensible. P. ext. La femme qui dit à un homme qu'elle l'aime, et qui refuse de lui écrire, se réserve les moyens de l'abandonner et de le trahir plus tard: c'est plus qu'un parjure, c'est un faux serment (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 38).
Serment de crédibilité, de crédulité. ,,Serment déféré aux veuve et héritier du débiteur ou au tuteur de ces derniers (...) en vue de déclarer si, à leur connaissance, la chose est encore due`` (CAP. 1936).
Serment judiciaire. ,,Serment prêté devant le juge et qui peut être soit décisoire, soit supplétoire`` (CAP. 1936). Le serment judiciaire est de deux espèces: 1 Celui qu'une partie défère à l'autre pour en faire dépendre le jugement de la cause: il est appelé décisoire; 2 Celui qui est déféré d'office par le juge à l'une ou à l'autre des parties (Code civil, 1804, art. 1357, p. 246).
Serment extra judiciaire. ,,Serment prêté en exécution de la convention par laquelle une des parties offre à l'autre de renouer à ses prétentions`` (CAP. 1936).
Serment supplétoire ou serment supplétif.
Serment des jurés. Serment par lequel les jurés jurent et promettent de juger scrupuleusement l'accusé sans trahir ses intérêts ni ceux de la société qui l'accuse (d'apr. Nouv. rép. de dr., Paris, Dalloz, 1965).
Serment in litem (vx); serment en plaids. ,,Serment supplétoire déféré par le juge au demandeur dans un procès, pour fixer le montant de la demande`` (CAP. 1936).
C. — P. ext. Engagement ferme; promesse formelle. Serment d'amitié, d'amour; serment mutuel et réciproque. Comme dans les amitiés puériles, nous avions fait le serment de tout nous dire (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 22). Je fais le serment de ne plus rien te dire de ma famille. Non, non, dégageons-nous, épurons-nous, élevons-nous dans l'essentiel (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 24).
En partic.
♦ Promesse d'amour. Les premiers serments. Frissonnant sous son deuil, la chaste et maigre Elvire, Près de l'époux perfide et qui fut son amant, Semblait lui réclamer un suprême sourire Où brillât la douceur de son premier serment (BAUDEL., Fl. du Mal, 1857, p. 30). [Les amants] échangent des serments éternels (P. LALO, Mus., 1899, p. 157).
P. antiphr. Serment d'ivrogne, de joueur. Promesse sans valeur. Serments d'amour, serments d'ivrognes (BARRÈS, Cahiers, t. 5, 1907, p. 278).
D. — Vx. Juron, imprécation. Il fait des serments exécrables, quand il est en colère (Ac. 1835, 1878).
REM. Sermenté, -ée, adj., vx. Qui a prêté le serment requis pour l'exercice d'une charge ou d'une fonction (d'apr. Ac. 1798-1878). Synon. assermenté. L'Assemblée nationale (...) considérant que les troubles excités dans le royaume par les ecclésiastiques non sermentés exigent qu'elle s'occupe sans délai des moyens de les réprimer, décrète qu'il y a urgence (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 472).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. serrement. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 842 sagrament « affirmation ou promesse faite en prenant à témoin Dieu, un être ou un objet sacré » (Serments de Strasbourg ds HENRY Chrestomathie, p. 1); ca 1160 sairement (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 3494); 2. 1377 villain serement « jurement blasphématoire » (GACE DE LA BUIGNE, Roman des deduis, 2438 ds T.-L.). Du lat. sacramentum, v. sacrement. Fréq. abs. littér.:1 969. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 4 898, b) 2 992; XXe s.: a) 1 752, b) 1 535. Bbg. BONFANTE (G.). Giuramento in latino e nelle lingue romanze. In:[Mél. Meier (H.)]. Bonn, 1980, p. 77. — QUEM. DDL t. 11 (s.v. serment civique; serment national; serment patriotique).

serment [sɛʀmɑ̃] n. m.
ÉTYM. V. 1290; seirement, serement, déb. XIIe; sagrament, 842, Serments de Strasbourg; du lat. sacramentum, de sacrare « rendre sacré ».
1 Affirmation ou promesse solennelle faite en invoquant un être ou un objet sacré (qui sert de garantie et sur lequel le jureur transfère sa responsabilité), et, par ext., une valeur morale reconnue, comme gage de sa bonne foi. Jurement. || Serment sur la divinité (→ Prendre Dieu à témoin), sur la croix, sur l'Évangile… || Serment sur l'honneur. Parole (I., 6.).(1664). || Faire (le) serment de (suivi de l'inf.). Engager (s'), jurer. || Se lier par un serment. Obligation. || Les chaînes (cit. 8) des serments. || Délier qqn d'un serment. || « D'un serment solennel qui peut nous dégager ? » (cit. 12, Corneille). || Fidélité à un serment. Fidèle (→ Foi, cit. 6). || Respecter, tenir; rompre, violer un serment. Parjure (cit. 1; → Manquer, cit. 7). || Serment fallacieux, trompeur. || Formules de serment (→ ci-dessous, cit. 2, Brunot; et aussi que je meure, je veux mourir si…, sur ma vie, etc.).
1 (…) c'est un crime de faire un serment injuste, et un second de le tenir.
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, III, XX.
2 Le serment n'en a pas été moins prescrit par les Autorités. Le premier texte que nous possédons en français est celui d'un Serment. On ne jure plus officiellement en France sur l'Évangile. Mais il y a des formules juridiques : Sur mon honneur et ma conscience la réponse du jury est : non. Quant aux formes usuelles du serment, elles sont multiples : sur l'honneur, sur la tête de mes enfants, sur les cendres de ma mère, foi d'honnête homme, etc. : Mon bon Monsieur, je vous jure le Bon Dieu qu'il n'est entré personne ici (V. H., Mis., Fantine, V).
F. Brunot, la Pensée et la Langue, p. 502.
Dr. Attestation solennelle de la vérité d'un fait (en vue de la preuve) ou de la sincérité d'une promesse. || Serment extra-judiciaire; judiciaire ( Décisoire [et litisdécisoire], supplétoire). || Engagement sous serment. Caution (juratoire). || Délation de serment.(1549). || Déférer le serment à l'une des parties. || Prestation (cit. 4) de serment. || Lever la main droite pour (1538) prêter serment. || Témoigner sous serment.Faux serment, contraire à la vérité et puni par la loi; cour. serment contraire à la vérité.Serment des jurés.
3 (…) quand on est en train de mentir, un faux serment de plus ou de moins ne compte pas.
J. Romains, Volpone, II, I, 1.
Engagement solennel (personnel ou réciproque) prononcé en public. || Serment politique : promesse de fidélité à une autorité, un gouvernement. || Serment professionnel, prononcé par les officiers ministériels (avocats, etc.).Hist. || Hommage et serment de vassal à son seigneur, serment d'allégeance. Féodalité.Le serment du Jeu de Paume. Jeu (III., 1.); → Ivresse, cit. 9. || Serment à la constitution civile du clergé.(1790). || Serment civique. Assermenté, insermenté (cit.). || Serment national, patriotique (sous la Révolution).
4 (…) le préfet leur remettrait l'arrêté qui les réintégrait dans tous leurs droits après leur prestation de serment et leur adhésion aux lois de l'Empire.
Balzac, Une ténébreuse affaire, Pl., t. VII, p. 543.
La formule, le texte d'un tel engagement. || Serment d'Hippocrate, énonçant les principes de déontologie médicale.Ling. || Serments de Strasbourg, le plus ancien texte connu en langue romane.
2 (1670). Promesse ferme, affirmation insistante. Protestation (cit. 3).Serment de joueur (1740), d'ivrogne (1808) : promesses jamais tenues, sans valeur (→ Quinzaine, cit. 2).Les Serments indiscrets, comédie de Marivaux.(En parlant de ce qu'on se promet à soi-même). → Autant, cit. 40; cesse, cit. 6. — Spécialt. Promesse de fidélité, d'amour durable (→ Inconstant, cit. 7; passer, cit. 67). || Les premiers serments (→ 1. Échanger, cit. 6).
5 J'avais juré (…) de ne plus le refaire, mais ces serments ressemblent à des serments d'ivrognes qui jurent de ne plus boire.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 28 nov. 1891, t. VIII, p. 228.
6 Comme dans les amitiés puériles, nous avions fait le serment de tout nous dire.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, I, I.
3 (Fin XIIIe). Vx. Juron, imprécation (Boileau, Satires, IV).
COMP. Assermenter, insermenté.
HOM. Serrement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • serment — Serment, m. acut. Est le juron qui se fait pour affirmer quelque propos qu on tient, et en estre creu, Sacramentum. Dont il est fait par syncope, tout ainsi que juron, ou jurum de Iusiurandum. Lequel estant deferé et exigé par justice, retient ce …   Thresor de la langue françoyse

  • serment — SERMENT. s. m. Affirmation d une chose, en prenant Dieu à tesmoin. Serment solemnel. serment fait en justice. faux serment. serment captieux. faire serment sur les reliques des Saints, sur les saintes Evangiles, &c. affirmer par serment. prester… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Šerment — Šèrment, Mladen (1920 1999) DEFINICIJA hrv. kazališni, filmski i TV glumac, osobito poznat po interpretacijama na kajkavskom narječju (Balade Petrice Kerempuha M. Krleže) …   Hrvatski jezični portal

  • SERMENT — s. m. Affirmation ou promesse en prenant à témoin Dieu, ou ce que l on regarde comme saint, comme divin. Serment solennel. Serment en justice. Serment décisoire. Serment de fidélité, d obéissance. Faux serment. Serment captieux. Faire serment sur …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • serment — (sèr man) s. m. 1°   Affirmation ou promesse en prenant à témoin Dieu, ou ce que l on regarde comme saint, comme divin. •   Je ne vous dis rien, monseigneur, dont je ne fasse des serments, BALZ. lett. 5, liv. IV. •   Je n en serai pas cru à mon… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SERMENT — n. m. Affirmation ou promesse faite en attestant Dieu, un être ou un objet sacré. Serment solennel. Serment en justice. Serment de fidélité, d’obéissance. Faux serment. Prêter serment sur l’évangile. Affirmer par serment, sous serment. S’engager …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Serment — Sur les autres projets Wikimedia : « Serment », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Un serment est, d une manière générale, une affirmation solennelle et codifiée qu une personne fait par voie orale en vue d attester la… …   Wikipédia en Français

  • Serment —     Définition de Serment     Le serment est une déclaration solennelle faite devant un juge. Les arbitres ne sont pas admis à recevoir un serment.     Le serment est prêté lors de la prise de leurs fonctions par les professionnels de justice… …   Lexique de Termes Juridiques

  • serment —    Bois que pousse le cep; dites, sarment , s. m.: un fagot de sarmens …   Dictionnaire grammatical du mauvais langage

  • serment —   n. oath …   Dictionary of difficult words